A ce jour, il me reste 27 473 euros sur mon compte en banque.
Mort à l’étouffée
Le 27/01/2006 - 18:00

Le mort c’est moi, l’étouffeur c’est mon boulot. Cette semaine et celle qui suit sont particulièrement chargées, puisque début de nouvelle mission.

Histoire de se connaître mieux : il s’agit toujours de conseil informatique, pour un géant international de la fabrication et la distribution de verres de lunettes. La mission : planifier et encadrer l’architecture d’un nouvel outil de prise et suivi de commandes.

Donc, on parle d’informatique c’est sûr. Mais nous effectuons des visites pour mieux se figurer le métier. Visite au call-center. Ce matin, visite au centre de réalisation des verres (ceux de vos lunettes). Un des plus grands centres mondiaux, en banlieue parisienne.

C’est toujours impressionnant la production, c’est plein de robots et de machines partout, des fils qui traînent, des câbles qui pendent… Mais tous, à l’usine, sont gentils, doux, courtois. On ne se croirait plus à Paris !

Le seul hic lorsque je visite ces endroits, ou que je vois des ouvriers en pleine construction d’immeuble, par 3° dehors, pluie, neige ou vent en option, c’est que je fais quand même un métier de riche.

Je veux dire, mon taux de facturation journalier (le prix que paie la société qui a besoin d’un conseil à ma société, OCTO Technology) correspond en moyenne, à une pondération proche de l’unité près, au SMIC. C’est à dire que, chaque jour, une société paie ma société avec le salaire mensuel d’un de ses employés. Hors Taxes.

Et il est clair que je ne suis pas, et tous les conseilleurs ne sont pas toujours productifs à 100%. Il y a des moments où, pour maturer une idée, pour la faire surgir, pour sortir du brouillard, il faut fumer du shit laisser le temps au temps. Alors qu’un gars à l’usine n’a pas le temps d’appeler sa femme au bureau, de regarder le blog de [put-your-blog-name-here] ni de gérer son compte en bourse…

Bref, j’ai toujours ce petit pincement au coeur. Mais dans l’ensemble, la vie est bien faite, je reste riche, ils restent pauvres, et je parie mes 450 000€ de salaire annuel que dans dix ans, on y sera encore…

Dans la voiture, en revenant de Nantes du site de production, Jean-Marie Bigard s’exprimait sur Inter chez Stephane Berne (il me semble avoir reconnu sa voix doucerette).

Soyons clairs, pour moi Bigard, c’était l’archétype du mec marrant cinq minutes, puis après ça sombrait dans le crade et le graveleux. Par association d’idées et par un préjugé fort je l’avoue, Bigard je le trouvais naze, limité. Malgré ses études de philo ou je sais pas quoi. Moi j’ai eu 15 en philo au bac et je me la pète pas. Sauf maintenant ouais. Mais c’était un bac C, donc coeff 1. Alors que je n’utilise plus mes calculs sur le gyroscope, je réfléchis toujours à “la valeur du travail”. Passons…

Donc Bigard expliquait très sincèrement d’ailleurs, et voici le lien avec cet article, qu’il assurait, par son argent et son temps personnels, le couvert et/ou le gîte des SDF de sa rue. Marrant comment une côte de popularité et d’estime peut remonter illico. Et hop, +10 !

Il expliquait également que la valeur de la famille était perdue ou négligée, que l’éloignement entre enfants et parents était tel que l’éducation et le respect de base (”bonjour”, “merci”, “nique ta mère”…) étaient en chute libre. Qu’on demandait désormais aux écoles, dont ce n’est pas le rôle, de se charger de cette mission. Et hop, +50 ! Si vous venez régulièrement, vous savez ce que je pense de l’essentialité (au sens philosophique du terme pour le coup, c’est-à-dire le propre de) de l’éducation au sein de notre société.

Enfin, il terminait en expliquant que s’attaquer à des dérives de la société en mettant un frein à certaines pratiques, ou simplement en se retroussant les manches était une preuve de courage, de détermination et de volonté qu’il fallait saluer. Et de citer Nicolas Sarkozy. Hmm… +5 on va dire. Je suis ni pour ni contre Sarkozy, mais je ne suis pas de ces détracteurs faciles qui le dénigrent pour hurler avec l’émeute la meute.

Aujourd’hui, c’était une journée sociale. J’ai rencontré des pauvres, j’ai écouté des riches à la radio. Et de mon appartement avec vue sur la Tour Eiffel (de loin en se penchant par la fenêtre avec des jumelles par temps clair), je me dis : c’est beau une ville, au crépuscule ! (rappelez-vous : 15 en philo au bac !)

13 commentaires

  1. 1
    tristan nous dit :

    -10 pour toute la partie bigardiesque du post. :-)
    En fait tu avais le même point de vue plutôt “à droite” que Bigard sur certains sujets, moi personnellement, ça m’aurait plutôt effrayé ! :-S

  2. 2
    Tant-Bourrin nous dit :

    Bref, Bigard tient un discours de dame patronnesse… Bof ! Pas de quoi le faire remonter dans mon estime… (et puis pas la peine de crâner, moi aussi j’ai eu en philo au bac C, alors camembert ! ;~))

  3. 3
    Saoulfifre nous dit :

    Ouah les autres qui touchent à Bigard avec des pincettes ? C’est parce que ya des femmes qui lisent le blog q:^) ? Moi j’assume. Bigard est un bon pro. Il écrit d’ailleurs des squetches qui se moquent des hommes pour une de ses amies comique. Il a pris un créneau difficile à bien traîter. Il est quand même plus fin que Chevallier et Laspalès ?!

  4. 4
    caelle nous dit :

    Bigard n’est peut-être pas le mec le plus fin de la terre, ni le plus intello. Il peut être lourdaud dans ses sketches mais personnellement, je le respecte car il ne vient pas d’un milieu où on est admis au berceau dans les salons. Il a réussi à faire des choses en se trouvant un créneau.
    C’est un autodidacte qui cherche à progresser. Il est facile de mépriser les autodidactes, de les reprendre, de les coincer. Sauf qu’un autodidacte sait toujours où sont ses points faibles puisqu’il a démarré dans la vie en se sentant condamné d’avance. Et il a dépassé ses points faibles. Il réussit non pas parce qu’il est programmé pour réussir mais parce qu’il désire réussir.
    Je respecte énormément les gens qui, par leur seule personnalité, savent se tenir et se faire accepter dans les salons feutrés et savent aussi casser la croûte avec des mecs sur un chantier.
    Parce que, fondamentalement, la société et la vie sont injustes et que ce n’est pas normal que nous ne partions pas tous avec les mêmes cartes dans les mains au berceau.
    Donc ceux qui arrivent à réussir sans écraser les autres ni être revanchards, ni croire que tout leur est dû, ceux-là sont des gens bien. Même si parfois ils se trompent. On se trompe tous. Ce qui compte, c’est d’être humble et d’oser dire qu’on s’est trompé et de faire en sorte de réparer ses bêtises. Et de ne pas devenir aveugle aux problèmes des autres.
    Et Bigard, quand il épingle le comportement des nanas et des hommes dans une discothèque, même si ce n’est pas le registre de langue que j’emploierais, je trouve que, sur le fond, il voit juste. Il ne rit pas contre les gens, il rit avec les gens. C’est peut-être pour ça qu’il a du succès.

  5. 5
    Tant-Bourrin nous dit :

    Précision pour le Saoul-Fifre qui va me faire une chute de calcium sinon : quand je parle de mon “peu d’estime” pour Bigard, c’est vis-à-vis de son discours, pas de ses sketches. Chier sur l’impôt (outil de redistribution sociale, malgré tout) d’un côté, et mettre en avant ses gestes de charité de l’autre pour se donner bonne conscience, c’est ça que j’appelle un discours de dame patronnesse. Remarque, en fait, en y réfléchissant bien, y’a quelques sketches de lui que j’aime bien (j’ai cru à une époque qu’il allait devenir un comique énorme), mais pour le reste, bof ! Tu peux finalement faire ta chute de calcium… ;~)

  6. 6
    Epictete nous dit :

    Moi aussi j’aime beaucoup le Général Bigard. C’est un bon pro. Enfin, c’est vous qui voyez.

  7. 7
    antenor nous dit :

    tu as rencontré des pauvres aujourd’hui ? si tu leur parlais de mon association de pauvres mais travailleurs ? TB, saoul fifre et Epi en font déjà partie.

  8. 8
    Pascal nous dit :

    Sachant que je ne connais pas Bigard (je suis expat depuis trop longtemps il faut croire), que je n’ecoute pas les radios Françaises, dis, dis, dis Maitre, c’est qui Stephane Berne? je ne peux que dire: “Putiiii fais chier, j’ai eu 10.5 en philo coefficient 5 !”

  9. 9
    Byalpel nous dit :

    Tristan >> Ah mais je porte à droite, je le dis. Enfin.. Disons que j’ai des idées de droite avec un fond social fort. Un mitterand de bonne augure quoi. Je réponds sur Bigard en fin de comm’

    TB >> Mais on voit pas ta note s’afficher ? T’as eu combien ? Parce que 15, j’suis super bon !

    SF >> Oh putain j’adore Laspalès et Chevalier !!!

    Caelle >> D’accord avec toi, le langage est trop hard pour moi, les idées passeraient aussi bien sans la vulgarité superflue

    Epictete >> :-) (c) Epictete

    Antenor >> Non, jamais le samedi je ne vais pas me gâcher le week-end ! Par contre, je veux bien coller un autocollant de ton assoc’ sur ma jaguar

    Pascal >> Berne, c’est l’ami des princes, le Zitrone (t’as connu Zitrone dis ?) jeune et pressé d’y arriver (d’où le zitrone pressé). T’as eu que 10,5 ?? T’es vraiment un gros naze, j’ai eu 15 !!!! (je l’ai dit assez de fois ou pas ?)

    Pour Bigard : il n’avait pas trop l’air de se donner bonne conscience maintenant je ne suis pas dans son crâne. Bigard est le comique le mieux payé du PAF le chien, et c’est pas tout le monde qui s’occupe *matériellement* des petits gars dans sa rue (il aurait bien pu donner du fric à une assoc’ en se foutant des pauvres comme de l’an 31).

    En voyant un de ses spectacles, on sent transparaitre qq part une volonté de parler au peuple (limite démago parfois) mais d’accord avec certains comm’ : il reste quand même pro.

    Bon, et puis Bigard, rien à foutre. Lui ou un autre, ce qui compte c’était son action. Ou en tout cas l’idée. Après… l’homme…

  10. 10
    Tant-Bourrin nous dit :

    Oh l’enfoiré ! Il a niqué ma note dans mon comm’ !

    Moi aussi, j’ai eu

    111 555555555
    1111 555
    111 5555555
    111 555555555
    111 555
    111 555 555
    11111 5555555

  11. 11
    Tant-Bourrin nous dit :

    Et merde, il a niqué aussi ma belle mise en forme…

    Bref, moi aussi j’ai eu /20 !!!

  12. 12
    Byalpel nous dit :

    il te l’a encore niqué, t’as voulu mettre du “acheté aime elle” non ? Ben voilà, tu es prévenu. Mon canaillou de gestionnaire de commentaires n’aime pas ça et il gicle tout. Voilà.

    Donc tu as eu 15 aussi. Mais c’était avant moi (puisque tu as bientôt hmmm 54 ? 55 ?), c’était plus facile à l’époque.

    Pas taper, pas taper.

  13. 13
    ab6 nous dit :

    ben moi je gueule avec la meute, contre sarkozy, et je trouve que bigeard est con comme un train.
    Mais je peux, ouais , je peux,parce que j’ai eu 16 en philo coef 5 au bac L !
    VOILA :)