Parfois je retiens ma respiration pendant 151 secondes.
Ma nichtana ?
Le 12/04/2006 - 20:31

A ne pas confondre avec Acheumeuneu du petit lion publicitaire sur Antenne 2.

Ma nichtana, c’est de l’hébreu (pour beaucoup de monde). C’est pourtant une symbolique multi-millénaire dans le judaïsme.

J’explique. La phrase complète est la suivante : “ma nichtana halayla hazé mikol haleylot ?“.

Là, vous avez envie de répondre “ben il est sept heures moins quart” ou “je ne sais pas, je ne suis pas du coin”. La traduction est pourtant simple : “en quoi cette nuit est-elle différente de toutes les autres nuits ?”. Simple mais ésotérique, n’est-il pas ?

Cette phrase est prononcée depuis des millénaires dans tous les foyers juifs le soir de Pessah, la pâque juive. Cette fête porte en elle une quantité indénombrables de symboles, de rituels, de traditions… et de folklore. Pessah est célébré pendant une semaine en souvenir de la sortie d’Egypte et la fin de l’esclavage des Hébreux.

Quand on sait que ce rituel est célébré depuis plus de trois mille ans, et ressassé chaque jour dans les prières fixées par les rabbins, on se demande pourquoi la France (ou le monde entier) a attendu aussi longtemps pour instaurer la journée commémorant la fin de l’esclavage moderne…

C’est durant cette fête que l’on mange la galette, vous savez “le pain azyme”. Pendant sept jours, les intestins en prennent pour leur grade et les toilettes ne sont pas fières… Et parce qu’on ne mange que de la galette (du pain non levé), on doit également se débarrasser de tout levain ou pâte dans sa maison. C’est pour cela que les familles s’affolent dans un ménage herculéen peu de temps avant la fête…

D’ailleurs, le saviez-vous ? L’expression “le ménage de printemps” provient de cette coutume (la fête de Pessah est également appelée “la fête du printemps”).

Pessah se fête exclusivement (ou presque) en famille : les tontons, les tatas, les grands-cousins, mémé Georgette qui pique, papy René qu’entend plus rien, tous se réunissent pour célébrer ensemble le rituel du soir de la fête.

Lors de ce rituel, ce sont les enfants qui s’étonnent et chantent “ma nichtana”. Cet étonnement est feint, évidemment, on les brieffe un peu avant pour ne pas perdre de temps et se vautrer sur des plats dont l’odeur et l’aspect réjouieraient les sangliers. Mais il ouvre la discussion, pour raconter de manière allusive ou détaillée, l’histoire d’un peuple asservi, opprimé puis libéré.

La symbolique profonde de la fête est bien plus intéressante mais je ne la détaillerai pas ici (c’est long et puis ça n’apporte rien au lecteur). Juste pour la mentionner : la domination de son orgueil et de son arrogance. Tout un programme hein ?

Ce soir (parce que c’est ce soir, ah oui je ne vous l’avais pas dit), j’irai célébrer la fête sans mes parents, pour la première fois de ma vie (j’ai grandi hé ouais) : je suis chez mes beaux-parents, donc rites constantinois. J’espère qu’ils n’ont pas de traditions bizarres du genre “sauter à cloche-pied autour de la table avec la salière sur la tête” ou “boire un verre de vin mélangé avec des lacets de chaussures”…

Si ce texte n’a parlé à aucun d’entre vous (d’autant plus que je l’écris en 4 minutes chrono, vu le temps qu’il me reste pour boucler mes documents à remettre au client), je peux vous conseiller deux animations hilarantes. Sur le thème de la fête.

La première en rap, la seconde en disco.

Le soir de Pessah, on dit aussi, comme chaque année, “l’an prochain à Jérusalem”. Ca a marché pour moi, dimanche matin je m’envole vers la Terre Sainte.

Moralité : pas de blog avant le 24 avril (quoique, j’ai bien dû écrire quelques articles par-ci par-là pour vous nourrir pendant mon absence). Et si je trouve un ordinateur sur place, j’essaierai d’écrire… une carte postale.

9 commentaires

  1. 1
    Yves nous dit :

    Plein de bénédictions sur toi et ta famille !

  2. 2
    Saoulfifre nous dit :

    Pessah, mais mucho !

  3. 3
    manou nous dit :

    Moi qui suis totalement inculte dans le domaine, j’ai bien compris et √ßa m’a parl√©… : )
    Profitez bien de votre petit voyage.
    Mais au fait, dimanche matin, c’est pas vraiment demain ?
    Tu comptes ne rien écrire jusquՈ dimanche ???

  4. 4
    Bakemono nous dit :

    Moi j’aime bien le pain azyme…
    Certainement parce qu’on ne m’a jamais forc√©e à en manger pendant 7 jours d’affil√©e.

  5. 5
    Twig nous dit :

    Tr√®s bon voyage à vous :-)

  6. 6
    Tant-Bourrin nous dit :

    Tout ça pour aller fricoter avec une croqueuse de cornichons, oui ! ;)

    Bon Pessah et bon voyage ! :D

  7. 7
    matthieu nous dit :

    Bon voyage !
    Et ne nous oublie pas !
    Sinon, ton texte √©tait parlant… Enfin, compr√©hensible quoi… ENfin bon, en se concentrant, on pouvait en comprendre l’essentiel…

  8. 8
    antenor nous dit :

    nous on fait de la tarte flamb√©e avec de la pate d’azyme, √©videmment il y a des lardons dessus, mais √ßa neutralise compl√®tement l’azyme… et √ßa peut se manger tr√®s r√©guli√®rement…

  9. 9
    ab6 nous dit :

    MERCI MERCI, tu peux pas savoir comme ca me fait plaisir…