Par arrêté judiciaire, ce blog doit verser 56 696 $ de dédommagement aux stars photographiées sans autorisation
Le 06/11/2006 - 09:41

Toutes les minettes qui ont passé l’âge commun de la 6ème, c’est-à-dire dont les protubérances mammaires pointent à présent négligemment sous un tee-shirt de coton, connaissent ou ont connu cette merveilleuse époque du “dis camion !”.

De mon temps (vos gueules les vieux), “Dis camion !” constituait la boîte à outils de drague niaise de tout adolescent qui se respecte, l’oxymoron n’échappera pas au lecteur qui a passé le BEPC. Mais les lois de la vie sont immuables : l’eau bout à cent degrés et les adolescents devraient être parqués pendant dix ans dans des cages au fond de la mer (et sûrement pas dans le métro où ils nous servent leur voix rauque muante, leurs jeux débiles et leur gel plastifié).

Quand je regarde toutefois par devers moi, j’aperçois mon salon de 176 m² je souris encore à toutes les bêtises d’ado (jusqu’à l’année dernière donc) que j’ai pu commettre. Je ne parle pas des lourdeurs que tout ado qui se lave (oxymoron, rappelez-vous hein) a enchaînés pendant l’âge bête/ingrat/con/chiant. Jeter des oeufs sur des passants, téléphoner avec une voix fluette chez des anonymes en se faisant passer pour Jean-Claude Bourret…

Et puis d’abord, moi je me marrais trop vite quand je téléphonais : “Allô madame Boutboul ? Bonjour, je suis ppffprprrpfprglpp ahahahahahahhh clic !“. Alors que mon cousin, impertubable : “oui madame, nous allons vous livrer 700 dalles Gerflor pour votre cuisine cet après-midi… Ah ben c’est sûrement votre mari qui a passé la commande hein…”

En mûrissant, “dis camion !” avait pris d’autres tournures. Il y a eu le fameux pendant pour les hommes “dis joystick !” que seuls des amis proches ont pu me faire tester, dans un moment d’égarement (c’est pas vrai maman, repose le cyanure). Puis nous avions introduit des raffinements sémantiques, selon “l’obusité” des poitrails de nos cibles.

Il y a eu “dis tricycle !” pour cette jolie rousse aux yeux de chat et au corps si plat qu’il fait l’humilité.
Il y a eu “dis cargo !” pour cette sympathique brunette aux pis tellement avantageux qu’elle évoquait, sans chanter, “Bonnet M”

Et on avait 18/19 ans hein. Oui j’ai un peu honte. Mais moins que ce qui va suivre…

Autres exemples de gamineries pré-pubères dont je me souviens à présent (le catalyseur de cette madeleine de Proust -loukoum de Mme Abitbol en arabe- a été le mariage d’un de mes copains de classe hier. Quinze ans plus tard, les mêmes attardés mentaux réunis, c’est pas rassurant pour nos enfants).

En cours j’étais bon élève. Mais pas bon élève modeste, l’oeil vif mais discret, confiant mais pas arrogant, sachant mais pas pédant vous voyez ? Non le bon élève fayot chiant con qui mérite les coups qu’on va lui mettre à la récré (coups que je n’ai jamais reçus car en plus d’être bon élève j’étais consensuel et diplomate).

En cours, j’étais toujours assis près de psychopathes (renvoyé pour avoir cassé la jambe de son camarade en classe) ou de dégénérés (”ça te dérange pas si je charcute ta trousse avec mon cutter ?”). A l’école ma vie c’était Prison Break.

Et cette fois-ci, j’étais assis près d’un type que nous appellerons Arié car c’était son vrai prénom (et j’adore ce prénom, en hébreu ça signifie Lion. C’est sûr qu’un gamin qui s’appelle lion en français ça fait cloche mais la question n’est pas là). Et, conscient de la confiance naturelle et indéfectible que m’accordaient mes professeurs, je jouais à ce jeu spirituel :

Je mimais comme si je venais de recevoir un coup violent sur l’épaule, du côté duquel était assis Arié. Et je m’écriais assez puissamment pour que l’instructeur puisse entendre : “Aïe-euh ! Monsieur, Arié il m’embête ! Aïe…”, tout en me massant l’épaule et en simulant la douleur.

Bien sûr, l’inculpé d’office se faisait sortir cinq minutes dehors. Ce qui était vraiment drôle en réalité, c’était qu’il tentait de justifier l’injustifiable à un professeur acquis à ma cause, qui plus est en pouffant (car Arié était un pouffeur oui). Et c’est le genre d’histoire qui nous font encore rire, sans complaisance.

Encore un dernier exemple de gaminerie post-pubère (je le fais encore, méfiez-vous) : au lieu de piquer le téléphone portable de votre ami en modifiant subrepticement la langue d’affichage (essayez de vous demerder avec un téléphone arabe tiens…), action vile et méprisable (et facilement contournable, avec les logos sur les nouveaux téléphones surtout), essayez ceci :

En douce, dérobez le téléphone de votre ami(e).
Composez un texto (activez le T9, ça vous aidera à optimiser) en écrivant des énormités en terminant par une question. Exemple qui m’a rendu célèbre : “en ce moment, j’ai la diarrhée. Et toi ?”
Envoyez au maximum de personnes que vous pouvez.

Rires et réponses grâtinées garanties. Et pour quelques euros, vous venez de vous fâcher avec un ami susceptible…

Mais ça les vaut, quand on est ado.

36 commentaires

  1. 1
    Chipie nous dit :

    Fais gaffe Byby! Tu laisses souvent traĂźner ton portable sur ton bureau ;-)

  2. 2
    proc' nous dit :

    en ce moment oui, moi aussi… Ca doit ĂȘtre les figues… J’aimerai bien t’envoyuer une photo prise avec mon portable mais ça passe pas dans les commentaires…

  3. 3
    Yves nous dit :

    :-)))) Putain, c’est beau la prĂ©-pubertĂ©… et mĂȘme la post pubertĂ© d’ailleurs. On est cons Ă  souhait, mais qu’est qu’on se marre !!!

  4. 4
    bakemono nous dit :

    hin hin hin, mais merde, qu’esse j’ai fait de mon adolescence moi? (Ă  part rester enfermĂ©e Ă  lire, ça va sans dire) J’ai pas souvenir de telles conneries. C’est dommage d’ailleurs.

  5. 5
    ab6 nous dit :

    J’vais l’faire j’vais l’faire, j’vais piquer le telephone de mon mari !

  6. 6
    Pascal nous dit :

    Je comprends enfin pourquoi mes voisins ont refait faire leur cuisine, leur salon, leurs chambres et le garage avec des dalles Gerflor !

  7. 7
    georgewalter nous dit :

    Bon, commençons par le commencement. Je me promene sur le ouerldeouaĂŻdeouĂšbe comme ça comme si histoire de voir s’il y a dans les immenses Ă©tendues daubesques quelque Ă©crit digne sur ce nom… et je tombe sur ce p’tain de blog. Je lis, ça accroche de suite, ca fait sourrire de plus en plus, puis arrivĂ© a la dĂ©scription des voisins de chaise: Ă©croulĂ© de rire sur le clavier, pipi-caca Ă  la culotte, la totale.

    Donc, je mets ce blog ipso facto dans les lectures obligĂ©es, Ă  savoir les favoris, et pourtant les favoris, il n’y entre pas grand monde, hein ? Ouf, quelle maestria !

    Sinon, un bon tour Ă  faire est de prĂ©lever sur une carte de voeux musicale NEUVE le bordel qui fait de la zique (avec la pile qu’on scotche bien en place), puis de le dĂ©scendre avec un fil de coton deriĂšre un radiateur chez la victime de sorte qu’il soit totalement irrĂ©cupĂ©rable sans dĂ©monter tout le systĂšme de chauffage. Ces machins fonctionnent en continu pendant des semaines, voire des mois.

    La victime Ă  deux choix: devenir totalement psychotique, ou vendre la maison, ce qui n’est pas gagnĂ© d’avance du fait qu’il n’y a pas grand monde pour acheter une barraque qui joue Rudolph the Red Nosed Reindeer en falsetto 24 heures sur 24.

  8. 8
    Yves nous dit :

    Georgewalter > tu as raison, c’est du bon ! Pas trop de compliments en public tout de mĂȘme, parce que non seulement il a la grosse tĂȘte, mais en plus Ă  la tĂ©lĂ© il passe avec une djellaba jaune. Grave !

  9. 9
    Bof...etc. nous dit :

    Consensuel et diplomate ; ça veut dire costaud

  10. 10
    Bof...etc. nous dit :

    Et puis , si ça veut pas me couper : j’aime beaucoup “ce corps si plat qu’il fait l”humilitĂ© ” : trĂšs beau ! comme Brel dans Orly ” trop maigres pour ĂȘtre malhonnĂȘtes” Anne

  11. 11
    matthieu nous dit :

    Mais tu n’as pas honte ? Tes amis souffrent aussi tu sais

  12. 12
    huguette nous dit :

    Je hais les ados, leurs voix fluettes qui t’Ă©corchent les tympans, les hĂ©sitations pathologiques, les chambres qui puent l’Ă©treinte mono-orgasmique, les draps masculins qui affichent des cartes de france, les culottes de filles, non lĂ  c’est trop dĂ©gueu. Je te zigouillerais tout Ă  ça Ă  la pubertĂ©, moi.
    Bof dit que quelqu’un a un corps sensuel et une peau mate, c’est qui ?
    Hug !

  13. 13
    Tant-Bourrin nous dit :

    Arf, arf, arf ! TrÚs bon, ça ! :D

    Quand j’Ă©tais ado (il y a une dizaine de minutes Ă  tout casser), j’avais quelques spĂ©cialitĂ©s itoument :
    - la vache qui rit enfoncée dans le tube de dentifrice,
    - le scotch collĂ© sur les trous de l’Ă©couteur (Ă  l’intĂ©rieur : les vieux modĂšles de tĂ©lĂ©phones se dĂ©vissaient), ce qui obligeait les gens Ă  hurler pour s’entendre
    - le scotch collĂ© sur le contacteur du tĂ©lĂ©phone, ce qui faisait que le tĂ©lĂ©phone continuait Ă  sonner mĂȘme aprĂšs qu’on l’eĂ»t dĂ©crochĂ©,
    - etc.

    Ah, on n’est pas sĂ©rieux quand on a dix-sept ans ! :)

  14. 14
    Yael nous dit :

    ça te dérange pas si je charcute ta trousse avec mon cutter :) ))
    J’imagine le ouf.

    Et les 700 dalles Gerflor, c’est un coup digne d’une bonne camera cachee ca, Byby.

  15. 15
    Saoul Fifre nous dit :

    AriĂ© ! C’est ce que je dis pour faire reculer ma jument de trait q:^)

    ‘tain ya un silence tout d’un coup sur ce blog de geek !!

  16. 16
    manou nous dit :

    Byby, je change de tampon, et toi ?

  17. 17
    antenor nous dit :

    je pourrais avoir les adresses des amis psychopathes à coté de qui tu étais assis ?

  18. 18
    Br'1 nous dit :

    La plupart des mecs que je connais, une fois qu’on a passĂ© la mince couche de sĂ©rieux indispensable Ă  une vie sociale un minimum rentable, eh bien ils sont toujours dans la phase “Dis camion”. Avec quelques variantes dues aux annĂ©es d’expĂ©riences, sans plus. Ou pas? (Jaime aussi la version suisse de l’expression: Ou bien?)
    Enfin on vous aime quand mĂȘme, hein, kes qu’on ferai sans vous etc etc…

  19. 19
    Byalpel nous dit :

    Rhhaaaaaa j’ai pas eu le temps de me connecter avant. Merci pour vos commentaires, et bonjour aux anciens revenus (proc, pascal) et aux nouveaux tout jeunes (ils se reconnaitront).

    PS : George Walter t’es pas le frĂšre de Luc Sky ?

    Yaya > Le truc de la trousse avec le cutter c’est du vĂ©cu hein. Ca et “le jeu du bourreau” qu’on pratiquait en douce, il faut absolument que je vous raconte ce jeu un jour tiens…

    Saouf > Quand tu penses que Jonasz ça veut dire “pigeon” (yona en hĂ©breu), on comprend qu’il l’ait fait Ă  l’ancienne :-)

    Br’1 > mais les filles jouent aussi (Ă  leur niveau hein) : “dis quatre chiffre entre 0 et 9. Si c’est ton code de carte bleue, tu gagnes cinquante quatre paires de chaussures et trente deux sacs Ă  main”.

  20. 20
    Br'1 nous dit :

    Kesta ta, kestu veux tu m’cherches?
    Br’1

  21. 21
    Br'1 nous dit :

    Ouimais nooooooooooooooooooooon je connais pas ce plan du cadre ousqu’on Ă©crit direct, j’ai pas la rĂšgle du jeu (panikpanik) et pis je trouve pas la note ousque c’est Ă©crit que quand on Ă©crit chaispasquoi on te doit 200 euros dtout façon je les ai pas.

  22. 22
    Br'1 nous dit :

    Non. AprĂšs ce regrettable instant de flottement, je reprends le contrĂŽle sur moi-mĂȘme et je ne laisserai personne jouer avec mes Ă©motions et ce sentiment venu du fond de mon enfance de ne pas ĂȘtre Ă  la hauteur, d’ailleurs moi les garçons ils ne me disaient jamais “dis camion” parce que j’avais une trop petite poitrine et (snif snif) ils ne me regardaient mĂȘme pas, alors (sniiiif) je pouvais pas me dĂ©tourner pleine d’irritation et de mĂ©pris et bouhouhouhou ce qu’elles m’Ă©nervaient ces pĂ©tasses qui disaient “pfou pfou ces garçons ils sont trop bĂȘtes” et puis tiens je m’en vais c’est trop triste.
    Mais non, je vais juste prendre le cafĂ© chez Ellisa, tu sais “Ilyaceux” sur Hautetfort, demande Ă  Ab6.

  23. 23
    huguette nous dit :

    Moi c’est pas la trousse que j’attaquerais au cutter.

  24. 24
    Tristan nous dit :

    Super idée le coup de la diarrhée.
    Pareil que pour AriĂ©, c’est presque impossible Ă  justifier en plus par SMS : “Non non, je n’ai pas la diarhĂ©e. En fait c’est un mec qui a pris mon tĂ©lĂ©phone et qui a envoyĂ© ça Ă  tous mes contacts. Si tu veux voir un peu le profil psy du mec : www.qwoq.com/blog/”.

    Tu as dĂ©jĂ  reçu des : “3 ans que tu ne m’as plus parlĂ©. Je m’attendais Ă  un geste d’une autre nature” ?

  25. 25
    Tristan nous dit :

    (IdĂ©e dĂ©co : remplacer les portraits d’anonymes (en haut Ă  droite des billets) par des photos de byalpel ou des photos de ses lecteurs (dans les mĂȘmes positions)).

  26. 26
    Byalpel nous dit :

    Br’1 > mais non enfin tu plais encore. SĂšche tes larmes et va voir Delarue, il sait parler Ă  des femmes comme toi :)

    Huguette > Ah NON ! La circoncision c’est dĂ©jĂ  fait merde !

    Tristan 1 > Non jamais eu ce truc. Par contre j’ai reçu un “Test SFR. Ce tĂ©lĂ©phone va vibrer pendant 15 secondes, profitez-en pour le mettre oĂč vous voulez” :-)

    Tristan 2 > C’est ce que je pensais faire au dĂ©part mais je trouvais ça trop mĂ©galo (et chiant Ă  rĂ©aliser). Maintenant que tu le proposes, tu m’envoies ta photo allongĂ©e ? :-)

  27. 27
    Chipie nous dit :

    Ah? J’peux envoyer ma photo moi aussi? :-)

  28. 28
    Byalpel nous dit :

    Ouais, dis camion !

  29. 29
    Chipie nous dit :

    “camion” :-)

  30. 30
    yves nous dit :

    Suite inévitable du dialogue Byalpel et Chipie : Pouet Pouet :-)

  31. 31
    Byalpel nous dit :

    Rhoooo grossier personnage !

  32. 32
    Yves nous dit :

    RĂ©flexe quasi pavlovien… Tu me comprends, byby ? ou pas ?

  33. 33
    Byalpel nous dit :

    C’est vrai. Ne dit-on pas “Trop de pavlov tue le chien ?”

  34. 34
    Julien nous dit :

    TrĂšs sympa ton article, ça m’a rappelĂ© de nombreux souvenirs!

  35. 35
    arpenteur nous dit :

    Le coup du tĂ©lĂ©phone arabe… j’adore

    dire que les djeunzs de maintenant ils font des skyblogs, alors que la vie peut ĂȘtre si marrante…

  36. 36
    Byalpel nous dit :

    Julien > Merci ! Tu joues encore j’en suis sur toi !

    Arpenteur > moi aussi j’adore ce coup, mon copain a du tĂ©lĂ©charger la notice sur internet pour reparamĂ©trer (il avait un truc exotique) :-)