Par arrêté judiciaire, ce blog doit verser 67 922 $ de dédommagement aux stars photographiées sans autorisation
Apres le Toouuuute !
Le 09/02/2007 - 13:59


A bientot.

Vagabondage
Le 03/02/2007 - 20:31

J’ai ouvert mon frigo, il était midi. Cool quand on bosse de la maison un vendredi : un peu de répit dans ce monde de brutes. J’y pioche le camembert bien frais et je m’installe à table, avec une baguette tout juste sortie du four du boulanger d’en bas, et un bon petit vin de la veille à moitié entamé.

Et je pense.

C’est fou le réfrigérateur quand même, qu’on parvienne à générer du froid pour conserver nos aliments. Sacrée avancée technologique qui part de principes physiques (la thermodynamique) simples.

Je mâche, je bois, je mastique, je bois.

C’est vrai quoi, quels imbéciles ces gamins. Ignares et incultes. “Mais les maths ça sert à rien”. Imbéciles, comment on aurait fait les frigos alors ? Et puis dans les maths, il y a à boire et à manger (je me ressers un verre tiens).

Par exemple, je me souviens de ce cours durant lequel j’apprenais que la somme :

autrement dit, 1 + 1/2 + 1/3 + 1/4 + … diverge (c’est énorme, oui) alors que cette somme :

autrement dit, 1 + 1/4 + 1/16 + 1/25 + … converge vers ce que les américains nomment “you don’t want to know” (pi au carré divisé par six, je me la pète).

Et dans la vraie vie c’est pareil mes petits bambins chéris (elle est bonne cette gnôle je m’en remets un coup). Les efforts de chacun peuvent contribuer à faire pencher la balance. Si fait, si fait. Mais trop timides, c’est la deuxième somme, le résultat est borné, figé, mort.

Je repense à l’appel des associations qui ont demandé d’éteindre toutes les lumières jeudi dernier de 19h55 à 20h. Alors que chez EDF, on m’expliquait qu’il fallait prendre cet appel au sérieux parce qu’en cas de réelle chute de consommation, on pourrait en arriver à ne plus pouvoir réalimenter tout le monde, les petits copains m’incitaient à jouer le jeu “qui ne coûte rien mais peut agir beaucoup”.

Au final, c’est la deuxième somme qui a été atteinte bande de roublards (1% de chute, c’est du pipi de chat chez les électriciens).

Tous des roublards d’t'façons. Les politiciens, les associations, les patrons, les ouvriers. Rien à fout’ moi de vous tous là, allez barrez-vous bande d’attardés.. D’t'façons, y’aurait moins d’immigrés, on aurait tous du travail nous les français… Et les femmes, maintenant ils veulent nous mettre des femmes en président, alors là c’est la meilleure.. Et pourquoi pas nous supprimer TF1 tant qu’on y est ?

Vivement la coupe de la Ligue, qu’on en finisse avec tous ces matchs de D2… Monceau truc, Créteil, PSG… Encore des clubs de tocards ça…

Allez barrez-vous laissez-moi finir cette bouteille tranquille là, je sens que j’m'endors… Bande d’analphabètes. Savent même pas c’est quoi une équation différentielle et ils me la broutent.

Hey Mécène !
Le 31/01/2007 - 18:33

bellegosse est entrée dans la conversation.

josh > slt bellegosse !
mauricebenhamou > et donc il est revenu ?
mauricebenhamou > salut bellegoss ! t’es vraiment belle ?
bellegosse > slt josh, tu fais koa ?
josh > nan il est resté chez sa mère à Strasbourg
josh > mannequin et toi ?
mauricebenhamou > et moi je pue bellegosse ?
mauricebenhamou > tu m’étonnes sa mère c’est pas un cadeau
bellegosse > 2s tel
bellegosse > mais nan
josh > il avait qu’à rester avec l’autre, elle était trop bonnasse
josh > mais nan quoi ?
mauricebenhamou > nan quoi ?
mauricebenhamou > bonnasse mais chiante rappelle-toi au ski
josh > ça va, fé pas ton lourd on se connait depuis 10 ans
josh > bellegosse tu reviens tu nous manques !!! lol
josh > moa je suis mannequin, 36 ans, célibataire mais j’adore les enfants
josh > et mauricebenhamou il est pas mal aussi mais moins bien
mauricebenhamou > ouais reviens bellegosse on t’aime déjà
josh > et il tape pas vite sur l’ordi il a tjs un train de retard
mauricebenhamou > si si je suis bien ne l’écoute pas bellegosse
josh > tu vois ce que je dis par un train de retard ?
bellegosse > ayé revenue on disait koa ?
mauricebenhamou > t’es lourd josh quand tu fais ça
bellegosse > donc momo salut lol
josh > décris-toi bellegosse tu nous fais saliver
josh > enfin surtout moi, l’autre il salive pas il bave
bellegosse > 34 ans célibataire
bellegosse > trop lol !!!!!
bellegosse > blonde, forte poitrine mdr
mauricebenhamou > salut bellegosse ça va ?
josh > et tu fais des rencontres par internet ou pas ?
mauricebenhamou > décris-toi
mauricebenhamou > merde trop tard
bellegosse > ca m’arrive avec des mecs top canon. t’as 1 photo ?
josh > ou t’habites (sans jeu de mot hein) ?
bellegosse > lol momo
bellegosse > MDRRRR JOSH !!!
mauricebenhamou > josh calme ta frénésie !!
bellegosse > paris 11 et toi ?
josh > ouaip photo, par mail ? c koi ton mel ?
josh > momo va jouer
mauricebenhamou > tu veux ma photo ? lol
bellegosse > bellegossedumonde@hotmail.com
josh > envoie toi aussi
bellegosse > envoie maurice on sé jamais
josh > josh_esperer@wanadoo.fr
mauricebenhamou > va jouer toi meme
bellegosse > t’es pas mal en photo josh c vraiment toi ??? lol
josh > ouaip, toi aussi t’es pas mal
mauricebenhamou > ayé j’ai envoyé la pjoto
mauricebenhamou > photo lol
josh > en prv ?
bellegosse > ok

josh a quitté la conversation.
bellegosse a quitté la conversation.

mauricebenhamou > ayé t’as reçu ma photo ?
mauricebenhamou > c’était à marrakech lol
mauricebenhamou > lol hein ?

mauricebenhamou, vous êtes tout seul dans cette conversation, vous avez été déconnecté.

Marre keting
Le 28/01/2007 - 22:13

Récemment, vous avez sûrement été sensible à ce scandale publicitaire : les affiches 4×3 pour l’eau Cristaline.

Comme je n’ai pas la télé et que je travaille beaucoup, les seuls moyens de m’informer sont les on-dit dans le métro. Et là, on-dit a dit (c’est comme la bonne époque où je jouais à Jacques a dit. Le meneur de jeu disait toujours “Jacques a dit a dit…”. Alors que penser des qu’en dira-t-on…) qu’il y avait un scandale publicitaire autour de Cristaline qui, à l’encontre des idées progressistes de l’écologie et du développement durable, incitaient à renier l’eau du robinet pour leur eau minérale.

Le grand pattern Benetton se répète, et ça fait caqueter les pingouins…

Je trouve également leur publicité scandaleuse, mais encore plus le travail des marketingueux publicistes qui, à force de clichés éculés de leur race ou de tournures soi-disant incontournables, nous font passer des vessies pour des lanternes, que nous viderons de toute façon dans un violon tant que l’on n’aura pas écorché vif, pour l’exemple, un(e) type de leur secte.

Je ne parle pas des marketingueux qui ont un vrai boulot tu vois (on se tutoie tous au marketing), ceux qui compilent des chiffres pour des études de marché ou qui préparent des campagnes de sensibilisation en se déplaçant en 4L chez les bouseux de Province au péril de leur vie. Ceux-là sont tolérables, en reniflant bourgeoisement. On a envie de leur péter le genou mais amicalement, comme on désire occire l’énergumène qui, en montant dans l’ascenseur, ose appuyer sur le bouton d’un étage inférieur au vôtre.

Je parle de ces couillons de publicistes qui laissent leur cerveau au vestiaire d’un match qui n’aura jamais lieu. Qui nous chignolent le crâne de leurs slogans grotesques “vois la vie côté Coca-Cola” ou “vous n’imaginez pas tout ce que Citroën peut faire pour vous“. Bande de minables ! Vous râclez nos derniers neurones turgescents, dans le métro, sur le périphérique, à la télé ou au cinéma pour nous rabâcher des idioties même pas dignes des plus sombres discours politiques en campagne électorale. Vous grapillez peu à peu notre “temps de cerveau disponible” pour nous faire croire que Hyundai fait de bonnes voitures (alors que Volkswagen c’est bien mieux). Vous gaspillez votre énergie et la nôtre, indicibles crétins, à nous vanter les mérites de produits inutiles, sur des emballages polluants et tonitruants de couleurs disparates, et je ne vous parle pas des soldes, de la Saint-Valentin ou de Noel, autres périodes sombres de l’histoire du con-sommateur.

Un exemple du quotidien, allez.

Parisien et con comme je suis, j’aurais déjà déduit qu’il existe d’autres couleurs pour la menthe. C’était juste l’apéro : le best-of international et atemporel des bests-of du marketing publicitaire, ce sera toujours pour Axe (narré déjà ici et ). Regardez-moi ce travail :

Déjà, le début : “demande un coup de main sous la douche”. Nan mais je rêve. C’est un produit spécial Fleury-Merogis ? Ou alors ils filent le numéro de la fille qui va t’aider à te débarbouiller ?

Et puis le meilleur : séduction 24h/24, 7 jours sur 7 !!! Ca veut dire que, même quand tu dors, même quand tu fais caca, tu séduis à fond. MEME QUAND TU FAIS CACA (incroyable non ?). Personnellement, ça fait 10 ans que je mets du Axe j’ai pas levé beaucoup de poulettes. Par contre, ça fait quatre ans que j’ai une Carte Premier, celle en or, et je peux avouer que mon tableau de chasse est tout aussi rutilant !

Vous allez me dire que ceux-là, ceux de Axe, “ils sont gentils”. Comme dans “Il a l’air bête ce type non ? Non, non, il est gentil”.
C’est vrai. Les pires des pires, c’est eux.

Eux, ils ont eu l’art de bazarder une vérité sociale et médicale (des enfants élevés sans éveil sensoriel ou divertissement présentent des troubles cognitifs en grandissant) en un aphorisme publicitaire dégoulinant de soufre et de connexions sans fil, métamorphosant de facto n’importe quelle ménagère de plus de huit ans ou n’importe quel pigeon en jean Diesel en un Faust de seconde zone.

Sinon, je ne sais pas quoi choisir : PS3 ou Wii alors ?

Demain je vous dirai pourquoi je pense que les joueurs de football gagnent vraiment beaucoup trop d’argent.

Les sept différences capitales
Le 23/01/2007 - 19:04

Chers amis, j’avais prévu d’écrire un billet frais et allègre hier soir mais hélas hélas hélas (triple hélas), l’actualité en a décidé autrement. Tel un rapace, elle s’est acharnée sur sa proie pour la déchiqueter, la mettre en pièce et la bouffer purée ça me donne faim. L’actualité, cette féline, a enfoncé ses crocs acérés contre la personne, l’âme et la renommée de l’abbé Pierre, en plongeant dans les viscères de la foi et de l’humanité sa gueule putride, gueule que je ne vais pas tarder à fermer maintenant.

Si je vous change l’article, je vous change le ton (comme on dit dans les poissonneries en solde). C’est vrai quoi, depuis deux jours on nous les brise avec l’abbé Pierre par-ci, l’abbé Pierre par-là, l’abbé Pierre était gentil, l’abbé Pierre faisait pas caca, l’abbé Pierre n’était pas gros, l’abbé Pierre n’a pas participé à la Star Academy, l’abbé Pierre était plus fort que Superman (et pourtant il est trop fort Superman il voit à travers tes fringues si t’as pas un string en plomb), l’abbé Pierre, l’abbé Pierre, l’abbé Pierre (triple abbé Pierre)…

Et il avait quoi de spécial cet abbé hein ? Par rapport à moi, j’veux dire.

Oui parce que faut bien comparer avec un étalon. Et là… je dois avouer que… en termes d’étalon… je suis le maître.
Ce calembour de niveau DEUG vous est offert gratuitement par l’Académie des Sciences, pour lequel l’abbé Pierre n’avait rien fait, bordel va falloir arrêter avec l’encensoir à tout bout de chant, même sur un homme d’église. Ce calembour de niveau CP vous est offert par la Synagogue de la rue des Tournelles.

Donc, faisons l’exercice : cherchons les sept différences entre l’abbé Pierre, dit Popaul, dit Frère Jacques et Byby, dit Le ventru, dit Leplayb.

Différence n°1

  • Déja physiquement hein : l’abbé Pierre, il est tout fripé et décharné, il est vieux, il a des poils blancs. Et un béret basque miteux de travers. Ca fait pas sérieux, sans déconner. C’était pas mère Teresa tout de même !
  • Byby a aussi une barbe, des papillotes et un chapeau mais tout de suite, on remarque la classe, le goût mais surtout la grâce, la grâce, la grâce (les trois grâces). Et je ne veux pas faire de racisme primaire hein (moi-même étant un peu maghrébin), mais l’abbé Pierre, ça se voit qu’il est pas de chez nous…

Différence n°2

  • L’abbé Pierre a brillé principalement en hiver 54, le film est sorti 50 ans après. Bof… Ok, il a créé une association qui escroque les particuliers en récupérant leurs meubles et leurs vêtements pour se monter sa petite maison de campagne près du village de chez Pascal. Mais à part ça…
  • Leplayb, lui, a un blog ! Hé ouais, 21ème siècle ou pas ? Il a des vidéos dans le monde entier, grâce à youtube ! Va dire youtube à l’abbé Pierre, tu vas voir s’il te flanque pas une gifle… Enfin, il a aussi une association pour monter sa maison de campagne à Deauville, ça s’appelle un casino.

Différence n°3

  • On n’a pas retiré son permis à l’abbé Pierre. Tu m’étonnes, c’est piston et compagnie dans la jet set.
  • Byby a volontairement remis son permis à la préfecture, pour goûter pendant six mois à la vie des plus démunis de ce pays. Il n’a pas été jusqu’à manifester pour le logement opposable (déjà qu’il paie l’ISF), mais a vraiment ressenti la douleur du piéton moyen. Voire du métroien moyen. Et c’est pas l’abbé Pierre qu’on aurait vu dans le métro à 19h, sous les aisselles des immigrés : il y a des limites à l’immersion avec les pauvres, hein ?

Différence n°4

  • L’abbé Pierre a filé des tapes amicales à Roger Garaudy, l’immense conteur d’histoires sorties tout droit de son imagination fertile.
  • Byby invente lui-même ses histoires issues d’une imagination fertile (mais perverse certes). Du coup, on lui file des tapes dans le dos, parfois bourrues, et même parfois en traître. Mais il est quand même pas pote avec Faurisson, Ahmadinediable et autres amis de la Vérité.

Différence n°5

  • L’abbé Pierre louait le Seigneur (pas cher en plus), mais mangeait du cochon. Même un peu, c’est péché.
  • Byby loue le Seigneur, mais ne mange pas de cochon. Par contre, avantage au petit vieux, il devrait être en mesure de confirmer désormais si oui ou non, le cochon c’était péché(*). Tant que t’y es l’abbé, tu peux demander pour mon permis ?

Différence n°6

  • L’abbé Pierre n’a pas toujours été intègre : il a eu des relations sexuelles (bien qu’interdites par son ordre), a milité pour le mariage des prêtres et pour l’homoparentalité. Mais surtout il a toujours voulu faire croire qu’il était pauvre, alors qu’il était juif.
  • Byby n’a jamais caché le fait qu’il était riche, bien au contraire. Et n’a jamais eu de relations sexuelles interdites (ma femme surveille, rappel). Vous allez rétorquer que je suis plus jeune que l’abbé Pierre, que ça ne prouve rien. “And my ass it’s some chicken ?“, on va pas me faire croire qu’il s’est tapé des gonzesses a capella à 84 ans le ptit père…

Différence n°7

  • Et pour finir, l’abbé Pierre est mort. Mais sa renommée perdurera derrière lui.
  • Byalpel, lui, est bien vivant [les constantinois se touchent la cuisse] mais malheureusement, dans 1000 ans, tout le monde l’aura oublié… Le destin des martyres, des génies oubliés, des petites gens honnêtes…

Conclusion qui s’impose d’elle-même : on a beaucoup exagéré les super pouvoirs de ce saint homme, je pense donc qu’il soit tout à fait normal qu’il soit mort.

Et comme disait un autre saint Pierre pardon, un autre Pierre saint (l’ex-mari d’Huguette) : “Au Paradis, on est à la droite de D.ieu. Normal, c’est la place du mort.“.

(*) le premier qui me prend au mot, je le crucifie. Il y en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes.

A taaaaable !
Le 18/01/2007 - 22:33

Au menu d’aujourd’hui.

Petit déjeuner

Byby   MA Femme
Bol de Muesli avec du lait   Un verre de jus d’orange Tropicana (et une rose)

Coût : insignifiant

Déjeuner

Byby   MA Femme
3 yahourts Taillefine Vanille 0,9% matière grasse, devant mon écran comme un michkine(*)   Un bar grillé et une tuile aux framboises (repas clientèle, madame)

Coût : 1,95€ / gratuit (payé par la société)

Dîner

Byby   MA Femme
Fricassée de champignons et son oeuf mollet   Foie gras au torchon, asperges et griottes
Pavé de boeuf sauce aux cinq poivres, mousseline à l’ancienne   Tournedos (rossini) de veau, gratin dauphinois et asperges
Crème brûlée “Catalane”
Vin : Bordeaux - Haut du gravas

Coût : trois chiffres, bon pour l’ISF

Et la soirée n’est pas finie !



(*) michkine, pour ceux qui ne parlent pas encore l’arabe constantinois : “le pauvre”. Exemple, “michkine, il me fait de la peine à manger tout seul pour les fêtes. La vérité je l’aurais bien invité mais j’peux pas, j’ai ma mère à la maison.”

Ami(e)s blogueur(e)s, en ce moment vous ne me voyez pas beaucoup sur votre blog. C’est normal, on n’a pas Internet dans ma mission actuelle pour le moment… Mais pas de panique : I’ll be back, comme disait Mitterand ou Schwarzy je confonds toujours.

L’expérience interdite
Le 16/01/2007 - 19:59

Je savais que cette expérience serait délicate. Ce n’est pas tous les jours que j’affronte de telles missions, surtout avec elle.

Elle, elle est superbe. Encore aujourd’hui, je la regarde comme aux premiers jours de notre collaboration. Et pas que pour la science, croyez-moi. Lorsque nous avons commencé cette coopération plus qu’active, son CV était déjà impressionnant et ses pairs la décrivaient comme une des plus expérimentées de la place. “Elle coûte cher mais elle vaut le coup” m’avait-on confié.

Elle est donc là, devant moi, à tenter l’impossible. Moi je n’y crois plus, je suis assis sur un vilain banc les mains sur le visage déprimé, démoralisé. Mais elle, elle continue, elle y croit, elle se battra jusqu’au bout.

Elle ne va jamais s’arrêter cette radio poussée au maximum ? Ca déconcentre tout le monde, bon sang. Elle nous vomit ses variétés “you’re beautiful you’re beautiful you’re beautiful it’s true“.

Examen systématique des formes mises en jeu, adéquation colorimétrique des composants, inspection visuelle des résidus ou des impuretés, ajustement méthodique des boutons : tout y passe. C’est elle l’experte, moi “je suis trop vieux pour ces conneries” comme il dit dans l’Arme Fatale.

Je soupire, ça ne finira jamais.

Mais elle sourit en bousculant les autres chercheuses près d’elle. Elle me regarde, en confiance. Elle sait qu’elle va y arriver. Qu’on va y arriver.

Elle compare encore, mesure toujours, identifie davantage. Elle enfile les bottes une par une en me regardant lascivement. Enfin, je l’imagine ainsi, presque affalé sur le banc misérable. Je souris bêtement. Elle poursuit la manoeuvre.

Je sais que c’est une mission tendue. On se l’est répété, comme à chaque fois, avant d’entreprendre ce qui est pour nous un challenge toujours renouvelé. Mais je sens que je craque, la pression est trop forte. Et le volume de cette satanée radio aussi “you’re beautiful it’s true“.

Je veux sortir maintenant, j’étouffe ici, j’ai l’impression d’être assis depuis des heures, à contrôler, à acquiescer, à valider dans cette pièce étroite et suréclairée.

Elle revient vers moi, le regard satisfait. L’air d’une femme qui est heureuse du travail bien fait. Dans un dernier élan, elle me repose la question.

Et là j’explose : “mais oui bordel il est bien ce manteau ! Prends tout ce que t’as acheté et on fonce à la caisse j’en peux plus moi !”

Silence.

Et la radio de conclure “Chééériiiie efffffffffèèèèèèmmmmme“.

(oui ce dimanche j’ai fait les soldes avec ma femme)

Bonne année Deux James Bond !
Le 02/01/2007 - 21:30

Mieux que le discours de Chirac, dis !


(mon ordi est cassé, c’est pas gagné pour les vidéos…)

Je ne suis pas prêt…
Le 27/12/2006 - 19:43

Delanoé, j’ai une meilleure idée pour vider Paris de ses voitures ! Faut appliquer le code de la route à la lettre !

(j’suis pas prêt, j’suis pas prêt)

Ma femme est une actrice
Le 14/12/2006 - 20:57

Que le Saint béni soit-Il octroie une longue vie à MA femme, et qu’Il lui offre cette chance incomparable de la passer auprès de moi encore très longtemps.

Je le pense et je le dis.

C’est vraiment une chance de vivre auprès de moi jusqu’à la fin de ses jours.

Non vraiment j’aime ma femme de tout mon coeur, et j’espère sincèrement passer ma vie auprès d’elle encore longtemps.

(Petit aphorisme horrible, que j’inventais chez notre chère Huguette récemment : “dans un couple, mourir c’est comme ronfler. Pour ne pas souffrir, mieux vaut commencer en premier”. Cassage d’ambiance hein…)

Si vous êtes un habitué de ce blog, ou que vous avez simplement un sens aigu et affiné de la psychologie, vous vous doutez qu’il y anguille sous roche, voire baleine sous gravillon.

En effet. En effet.

J’avais prévu de vous faire un petit film ultra rigolo comme à mon habitude (si vous êtes un habitué de ce blog ou que vous avez un sens aigu et affiné de la psychologie de la susceptibilité, tiens salut abs, vous acquiescerez) et pour cette fois uniquement, j’avais besoin de ma douce, ma moitié, ma tendre épouse.

J’avais besoin qu’elle énonce un texte tellement simple qu’un débutant de la StarAc’ aurait pu prétendre au Molière de la meilleure interprétation en le formulant. J’avais besoin qu’elle filme un mouvement sur quelques mètres, action d’une facilité tellement déconcertante qu’elle éclabousserait de pureté technique les plus grands travellings de Claude Lelouche ou de Sergio Leone.

Par décence. Par humilité. Par une recherche permanente de médiation et d’aboutissement dans le couple. Par un besoin constant et dynamique de paix des races du ménage et d’amour conjugal. Par peur d’assujettir mon dos à un canapé rigide pendant plusieurs nuits. Et par peur de représailles de ma famille et belle-famille. Je ne vous présenterai pas le film qui a été réalisé (et je ne préciserai ni le nombre de prises de cinéma, ni le nombre de prises de bec). Je vous laisse le soin de passer à la Fnac ou chez Virgin le commander pour Noël.

(et là, vous faites OOoohhhhhhhhhh…..)

MAIS. Car il y a toujours un MAIS comme disait ma grand-mère :

- Mon fils, mange mes mets !
- Mais mémé !!??
- Y’a pas de mais mémé mange mes mets non mais !

MAIS comme je suis généreux, opulent (j’ai pas dit GROS) et que il y a quand même de quoi se foutre de sa gueule se marrer un coup, je vous ai concocté le Director’s Cut du film Byalpel’s dort.

Si vous êtes producteur de cinéma (ou mannequin aussi, je prends) (après relecture, ma femme dit qu’on ne prend pas), vous avez mes coordonnées. NOS coordonnées pardon.


PS : ce texte a été testé et approuvé par MA femme qui vous interdit de vous moquer (mais au moins vous, vous dormirez dans un lit au chaud)

Le titre original de l’article était “Byalpel’s d’or” mais je l’ai renommé récemment pour être encore plus drôle. Si on connaît le film original évidemment.