En ce moment, il fait 11 degrés aux Antilles.
Les aventures du Capitaine Alatriste
Le 24/07/2006 - 00:01

Je viens de terminer le quatrième tome de cette fresque de la Grande Espagne dépeinte par Reverte.
C’est sublime et réellement envoûtant.

Un cas de censure dans la science
Le 04/07/2006 - 15:56

Etonnant et passionnant bouquin. Il date de 1994, donc le dénouement de l’histoire narrée a probablement évolué depuis, mais le fond reste d’actualité. Peut-être que les chercheurs qui tomberaient par hasard sur ce site (ou Procrastin, si tu passes par là à temps) pourraient commenter ?

L’histoire : un chercheur de l’INSERM découvre et met en évidence d’exceptionnelles propriétés de l’eau, appelées le principe des hautes dilutions. Ce chercheur (Benveniste) constate qu’une dose d’eau contenant un produit réactif est encore efficace même après 20, 30 voire 100 dilutions. Il ne sait pas expliquer ce résultat, mais tente de publier et de diffuser cette nouvelle.

Il est raillé, rejeté, désavoué par l’ensemble de la communauté scientifique qui le fait passer pour un excentrique, un hérétique (paradoxe science-religion mis en évidence dans le livre) et lui coupe les vivres et les ponts.

L’auteur est journaliste et a enquêté sur le milieu scientifique de l’époque, avec le code disciplinaire qui y règne, évoque “la subjectivité inhérente à la recherche” (étonnant non ?) et qualifie de censure (terme fort) la répression intellectuelle et morale qui a suivi la découverte de Benvéniste.

Qui croire, sur la thèse scientifique : aucune idée. Mais la description d’une mafia des sciences est finalement assez étrange et déroutante : le but inavoué des chercheurs n’est pas l’avancée de l’humanité mais celle de leur petite personne, de leur confort et de leur aura.

[Vous allez me dire : évidemment, ce sont des humains avant tout. Evidemment, hein.]

Barry Trotter
Le 29/05/2006 - 11:24


Deux parodies du célèbre Harry Potter. Excellentes parce qu’elles démystifient totalement les personnages, l’auteur, et même les figurants !

Dans le premier tome par exemple, Ermine est nymphomane, le tournoi de Quichecuite se termine en bagarre générale, Lord Valdemarne est le chef du 9-4 et Barry Trotter, adulé par ses fans, leur répond en chat sur Internet…

Se lit très vite (une soirée par livre m’a suffi). Le style est assez pauvre finalement.

A mon goût, le premier est bien plus drôle que le second. Et dans tous les cas, bien plus drôles que les cinq premiers tomes cucu-la-praline du vrai Harry Potter.

Endymion - L’éveil d’Endymion
Le 09/05/2006 - 16:49

Sur les conseils de Tristan, j’ai poursuivi la lecture de Hypérion et la Chute d’Hypérion.
Deux fois 700 pages, mais ça valait le coup (dommage que le dernier tome soit si descriptif, pour un roman de SF cela n’apporte pas grand chose…).

Les idées développées sont très intéressantes et le suspense bien mené.

Ce que j’ai retenu, quand même :

- même dans 1000 ans, où la résurrection est assistée par ordinateur et où les voyages supraluminiques seront monnaie courante, Simmons voit encore les grandes religions ou courants religieux subsister.
- “le langage des morts et des vivants” et par extension, le Vide Qui Lie sont des idées souvent reprises dans le judaïsme kabbalistique (je développerai pour ceux que ça intéresse)
- Il est toujours aussi difficile d’écrire des romans de SF sans assumer d’énormes incohérences ou incongruités…
- Enée, Celle Qui Enseigne, ne peut être incarnée QUE par Natalie Portman.

Ce qui m’étonne, c’est que j’ai mis un temps fou pour le(s) terminer, j’en ai même honte.

Gone, baby, gone
Le 19/03/2006 - 16:47

Le dernier du genre : Patrick et Angie.

J’avoue avoir été très déçu. Moins drôle que les précédents, un deus ex machina aux 2/3 du livre qui fausse totalement les pistes et les indices, et enfin des personnages moins travaillés, plus flous.

Shit.

Hyperion
Le 01/03/2006 - 22:08

DJO (mon ex-collègue dont c’est l’anniversaire demain. Bon anniv’ mon grand et :fuck: pour la route) m’avait conseillé il y a bien longtemps ce bouquin de SF que tout le monde avait déjà lu sauf moi la honte.

Fini les tomes 1 et 2. C’est vraiment pas mal, l’univers créé est étonnant (malgré de légères incohérences parfois).

J’ai trouvé l’écriture assez difficile (surtout le tout début) et le format de poche est dense, peut-être trop.

Dans les grandes aventures intergalactiques, je reste quand même fidèle à Fondation d’Asimov. C’est moins bien écrit, mais ça reste la référence selon moi (si vous en avez d’autres, n’hésitez pas à conseiller. TB > ailleurs, je ne sais plus où tu conseillais Sheckley mais je n’ai pas trouvé chez Virgin, tu as des titres ?)

Les identités meurtrières
Le 01/02/2006 - 01:39

Un très bon bouquin, que j’ai piqué (et j’ai bien fait) à mon pote Nabil.

Si je précise que je lui ai piqué, je précise que je lui ai aussi rendu.
Si je précise qu’il s’appelle Nabil, c’est pour en venir à un point précis.

Je pense que ce bouquin parle parfaitement aux individus dont l’identité “saillante” est meurtrie ou bafouée ou reniée ou pointée du doigt.

L’auteur explique, dans cet essai qui se lit très vite, que notre identité est une somme continue de facteurs et que nous mettons en avant la ou les composantes soit par réaction (le regard ou l’oppression de l’autre), soit par affinité culturelle - dépendante du temps.

Et d’expliquer, par exemple, le regroupement autour de l’Islam radical (par opposition à l’Islam nationaliste qui a échoué) par le principe de la recherche de l’identité commune, fédératrice, glorifiante. C’est très intéressant comme point de vue ; toujours difficile de lire une apologie de l’extrême, mais Maalouf étant a priori neutre, le discours passe bien.

Un bon bouquin, vraiment.

Shutter Island
Le 22/01/2006 - 18:04

Le meilleur thriller que j’ai lu ces derniers temps. Je l’ai dévoré en 4 heures non stop.

Le meilleur de Lehane à mon goût.

Le cycle de Linn
Le 23/12/2005 - 15:27

Ce bouquin regroupe les deux tomes : L’empire de l’atome et Le sorcier de Linn.

Excellent bouquin de science-fiction qui décrit le déclin et l’avènement d’une dynastie impériale à l’ère où l’atome est dieu.

Beaucoup plus simple et intéressant à lire que les précédents du même auteur.

La vérité sur Dieudonné
Le 04/12/2005 - 18:55

Ce bouquin m’a été prêté aimablement par Seb.

Il y avait deux façons d’aborder le problème Dieudonné, pour la journaliste mais aussi pour moi.

Soit je biaisais immédiatement en cherchant un article réconfortant mon point de vue sur lui, soit j’ouvrais mon opinion sur un bouquin a priori neutre. De la même manière, la journaliste aurait pu écrire un pamphlet ou mener une enquête sérieuse et équilibrée sur le comédien.

Pour les détracteurs simplistes, la journaliste n’est pas juive.

Elle commence par préciser qu’elle a pris la défense de Dieudonné après le fameux sketch chez Fogiel. Mais que la suite des événéments l’a amenée à se poser des questions sur les motivations réelles de l’artiste.

Je ne dévoilerai pas le contenu ici, ni ne critiquerai certains passages sur le fond ou la forme. Pour cela, achetez Télérama (je déconne). Mais je citerai juste un passage introductif particulièrement pertinent. Il s’agit d’une analyse d’Eric Marty, professeur de littérature contemporaine à Paris 7 :

Au fond, une victime a deux choix. Soit celui de dénoncer son bourreau réel, son bourreau historique, et c’est ce qui se passe dans le travail en cours sur l’esclavagisme, et elle peut alors cesser d’être victime. Soit la victime choisit d’opérer ce que René Girard a appelé la rivalité mimétique : la victime choisit non pas le bourreau mais le rival, c’est à dire celui qui apparaît, injustement à ses yeux, comme identifié par le monde comme plus victime qu’elle. Ce rival est celui qui l’empêche d’être et de se proclamer victime comme elle le voudrait.Telle est, dans l’imaginaire de ces antisémites, la place des Juifs”.

Bouquin à lire, pour comprendre et savoir.

UPDATED.
La cour d’appel de Paris a infirmé une décision du juge des référés qui avait ordonné la suppression de passage du livre d’Anne-Sophie Mercier sur Dieudonné, jugés « outrageants », nous apprend le Figaro. L’ouvrage réapparaîtra dès lundi 19 décembre avec un bandeau en couverture indiquant : « Le livre que Dieudonné a voulu censurer ».

Sinon, rien à voir, j’ai également terminé le tome 3 du Hitchiker’s Guide. Très décevant, l’histoire est incompréhensible et toute la folie créatrice des deux premiers tomes est absente. Je persisterai sur les tomes 4 et 5 histoire de comprendre le fameux “42″…