A ce jour, il me reste 5 472 euros sur mon compte en banque.
Le 09/08/2005 - 19:37

J’entame le cycle. Ca part bien.

Pas mal du tout ! De grandes idees (lire la postface aide un peu). J’ai en tete des relents de la psychohistoire d’Asimov, et le style est beaucoup moins fluide que ce dernier, mais le cycle des A est tres prometteur… Tristan, go !
Le 07/08/2005 - 11:06

Les 130 premières pages (sur 250) sont déroutantes et nous plongent dans un univers difficile à matérialiser, et c’est le cas de le dire.
Le thème est classique (l’ordinateur prend le contrôle sur les humains) mais pourtant traité ici avec une approche différente car a priori antithétique pour un auteur de SF (la présence de l’âme).

Van Vogt est toujours un peu difficile à lire mais je suis toujours ressorti heureux de ses écrits.

Le 31/07/2005 - 09:49

J’aime bien cet auteur, il va un peuà contre-courant des idĂ©es de cette dĂ©cennie.
Je lis et je vous dis.

Le 24/07/2005 - 12:47

bocanegra

La suite du capitaine Alatriste. Style identique : parfois des longueurs, et parfois le suspense s’emballe.
L’intĂ©rĂŞt de ce tome : la description de l’Espagne du dĂ©but du 17ème siècle, encore puissante et Inquisitrice.

Le 24/07/2005 - 12:45

alatriste

Les personnages sont prometteurs (il y a 4 tomes) mais le style de Perez-Reverte est lourd, dĂ©cousu. Ses remarques historiques sont des digressions qui n’ont parfois pas lieu d’ĂŞtre parce qu’elles n’apportent nià l’histoire, ni au lecteur.

Je vais continuer les 4 tomes parce que je veux connaĂ®tre ce qui arrive au capitaine espagnol. Un peu comme dans son livre policier “le tableau du maĂ®tre flamand” : le dĂ©cor et le suspense sont parfaits, mais le style est parfois rĂ©barbatif. On va jusqu’au bout pour l’histoire…

Le 16/07/2005 - 23:20

Reproduction interdite

Premier bouquin de sa sĂ©rie fiction-rĂ©alitĂ© (Le successeur de pierre, Eternity express). Mi-polar, mi-fiction. J’adore !

Style toujours impeccable, suspense haletant, sujet bouleversant.
Il est vraiment exceptionnel ce gars et ce bouquin.

A lire impérativement !

Extrait d’un interview, disponible sur son site :

Outre la possibilitĂ© d’accroĂ®tre nos connaissances sur la dĂ©finition et les mĂ©canismes de l’intelligence, quelle est l’utilitĂ© de travaillerà l’émergence d’une intelligence artificielle ?
L’homme est en train de prĂ©parer la voie de son successeur. Avec l’intelligence artificielle, nous sommes en train de prĂ©parer le prochain vĂ©hicule de la conscience et de l’intelligence. C’est un moment très important parce que, dans une perspective assez lointaine, l’homme n’a pas d’avenir, tout simplement parce que les matĂ©riaux dont il est fait – carbone, hydrogène, oxygène, azote – vont, dans les prochaines Ă©tapes de l’évolution cosmique, disparaĂ®tre. La matière va en se rarĂ©fiant et en se simplifiant, alors que jusqu’à prĂ©sent elle allait en se complexifiant. Elle est arrivĂ©e avec nousà un degrĂ© de complexification maximum. Maintenant, elle s’élĂ©mentarise. Ses macro-molĂ©cules vont se dĂ©faire,à commencer par celles de l’ADN et des protĂ©ines qui ont permis l’apparition de la vie organique. Ă€ très long terme, il n’y aura plus que du fer dans l’univers et ensuite plus de matière du tout. D’après les astrophysiciens, il ne restera que quelques grains microscopiques de matière dans une infinitĂ© de vide. La question se pose donc du devenir de l’intelligence et de la conscience dans un environnement oĂą les matĂ©riaux qui ont permis leur apparition auront disparu. C’est une question assez ancienne, que s’était posĂ©e Freeman Dyson, dès les annĂ©es soixante-dix :à quoi devrait ressembler une vie, au terme ultime de l’univers ?S’il devait y avoir une vie – sans mĂŞme parler de conscience ni d’intelligence – de quoi pourrait-elle ĂŞtre faite, et comment se comporterait-elle ? Cette vie devra reposer sur les matĂ©riaux qui seront encore disponiblesà ce moment-là. Nous sommes dans ce moment fatidique de l’histoire universelle oĂą nous posons les premières membrures de cette embarcation de secours dans laquelle la conscience pourra se transfĂ©rer lorsque le Titanic humain aura coulĂ©.

Le 16/07/2005 - 23:15

Le dernier restaurant avant la fin du monde
Toujours exceptionnel. Des dialogues loufoques, des idées rocambolesques. Un maître.

Le 04/07/2005 - 09:25

Autant en emporte le temps

IntĂ©ressantà lire. Uchronie un peu difficileà suivre pour les europĂ©ens (le cas Ă©chĂ©ant, les Sudistes battent les Nordistes).
Fin très prévisible, et certaines longueurs.

Le 28/06/2005 - 12:23

Fumées d'opium

ClassĂ©à la bibliothèque au rayon “RSF”. Je vois bien le R pour Roman, mais SF sĂ»rement pas pour Science Fiction. Peut-ĂŞtre “Sans Frontières”, puisque l’histoire se dĂ©roule en grande partie en ThaĂŻlande ?

Rien d’exceptionnel pour ce roman opiacĂ©, un suspense assez bien entretenu finalement mais des situations ou des personnages parfois peu crĂ©dibles. J’ai toutefois bien aimĂ© les angoisses d’un père faceà l’Ă©loignement de sa fille (droguĂ©e) et de son fils (intĂ©grise religieux), mĂŞme si leur description dans le bouquin relevait parfois de la pudibonderie.

Sur la couverture je pensais qu’il s’agissait de Morgan Freeman. Bon acteur, bon film, bon livre ?

Je vais dĂ©jà prendre rendez-vous chez l’ophtalmo…

Le 20/06/2005 - 12:21

Un cheval dans la salle de bains

Long pour rentrer dedans, mais après une cinquantaine de pages, on se laisse prendre au jeu.
Le bouquin devient très vite hilarant et on ne peut s’empĂŞcher de foncerà la bibliothèque chercher d’autres histoires de l’anti-hĂ©ros Dirk Gently.

A lire !