J'ai essayé, impossible de lever plus de 358 kg tout seul
Le 04/01/2006 - 00:02

[C’est un peu long alors je coupe en deux posts…]

Premier jour : 30/12/2005

7h15 : l’avion s’envole vers Berlin, mes yeux se ferment pour une heure trente de vol.
8h50 : nous sortons de l’avion, accueillis par la gestapo des policiers. Là-bas, ils sont habillés de vert foncé et il est indiqué POLIZEI en lettres capitales sur leur blouson. Je ne panique pas.
8h59 : tous les bagages sont arrivés. Ils sont expéditifs ces allemands. Grande invention du siècle : le panneau “end of bags” sur le tapis rouleau pour signaler aux poissards de foncer aux réclamations plutôt que, tel un enfant, d’espérer inutilement en suivant le manège des yeux.

Direction : le métro. Très bien foutu à Berlin : comme à Londres, signalisation sonore des stations (mais en allemand, c’est incompréhensible) et temps d’attente affiché sur tous les quais. Même ceux des lignes en correspondance sont indiqués.

Bien foutu donc, mais on nous aura mal indiqués. Du coup, on est sur le quai avec notre plan grand ouvert. Surprise : deux agents “RATP” locaux surgissent et dans un anglais-allemand approximatif (heureusement, Eric & Katy parlaient plus ou moins bien la langue de Goethe) nous fournissent un itinéraire pour notre hôtel et vont même jusqu’à téléphoner pour vérifier la proximité de la station avec notre adresse. +10 pour les berlinois.

De manière générale, les gens sont sincèrement courtois (nous nous sommes fait aider plusieurs fois par des autochtones, juste parce qu’on sortait nos cartes ou nos plans). J’ai été très agréablement surpris, cela change des parisiens.

On nous avait prévenus : “prenez garde, à Berlin il fait froid !“. Connards ! Dans un frigo, il fait froid ! A Berlin, “ça caille sa mère”. Côté pull et blouson, on était équipés. Ce que l’on n’avait pas prévu, c’était l’antisémitisme flagrant de l’Allemagne pour avoir tapissé le sol de 10 à 15 cm de neige. Parce que bien entendu, nous n’avions que de petites chaussures de toile (mais de chez Chanel certes). Bilan : infiltrations d’eau, glaçage de doigts de pieds, mycoses, verrues, corne abondante et pleurs à chaudes larmes (les filles pleurent toujours quand elles ont les doigts de pieds gourds).

[Au passage, je remercie ici Seb officiellement qui m’a filé les conseils de visite à Berlin, ils m’ont été très utiles !]

Première visite culturelle : Alexander Platz et la TV Tower. Une tour Eiffel de 203 mètres où l’on admire Berlin à 360°. Effectivement, le découpage en quartiers est impressionnant, la séparation est-ouest assez marquée dans le style (euphémisme). 1h30 de queue pour dix minutes de plaisir, ce sont des durées proches des orgasmes porcins. Sauf qu’ils se gèlent pas les pieds dans la neige les porcs.

Retour au bercail (la journée a été courte finalement), allumage des bougies de Hannouca à Berlin (faut le faire mais d’autres l’ont fait avant nous, voir photo plus bas et dans le prochain post), repas et discussion/jeu jusqu’à pas d’heure : transis, nous voulions éviter de sortir le premier soir…

0h35 - 9h00 : Sommeil de bébé

Deuxième jour : 31/12/2005

Promenade à pied de notre hôtel (station : GuntzlerPlatz / Berlin Ouest) jusqu’à la porte de Bronenbourg (limite Berlin Est/Ouest) : environ 3h30 de marche.

Sur la route, pauses “réchauffade de pied contre un radiateur” dans un hôtel, un musée, un autre hôtel, un magasin de meubles, un café. Le musée : exposition (gratuite !) des oeuvres de Picasso et d’un autre peintre talentueux dont j’ai oublié le nom (ça finit par “off”).

C’est gris et morne (le ciel), c’est blanc et flasque (le sol). C’est aussi à peu près la description de l’architecture à Berlin Ouest. Tout a été reconstruit en blocs, après la guerre. Cela rend la ville assez tristounette, mais peut-être que le temps jouait aussi. Avec nos nerfs, aussi.

Les rues, pratiquement vides : peu de piétons, peu de voitures. Berlin, c’est huit fois Paris. Et pourtant, ça grouille moins.

La discipline légendaire des Allemands est avérée : ils ne traversent JA-MAIS hors des passages piétons, ni lorsque le petit bonhomme est rouge. Il n’existe pas de barrière à l’entrée du métro pour insérer le ticket : il suffit de l’acheter sur le quai et de le valider avant de monter dans la rame. Tu m’étonnes ensuite que les parisiens et les berlinois se soient tapés sur la gueule pendant plusieurs guerres…

A PotzdamerPlatz, visite du Sony Center et des environs (dôme immense abritant le siège de Sony, Mercedes et Daimler) où des touristes jouent au curling comme nos amis provençaux jouent à la pétanque. L’ambiance typique : stands en bois abritant des vendeurs et vendeuses de l’est, musique germanique, bière et cochonnaille à volonté et à toute heure.

Visite du mémorial des victimes de l’Holocauste : empilés et en ligne, des dizaines de piliers parallélépipèdesques très haut, très serrés, répartis en grille sur trois cents mètres carrés, pour ne laisser passer qu’une personne à la fois avec pour seule vision, le bout de l’allée cent mètres plus loin. Emouvant mais pas trop finalement, les gosses jouaient à se jeter des boules de neige aux intersections…

Le soir : séchage, douche, séchage (dans cet ordre, oui). Repas réveillonnel rapide. On fonce sur la place de Bronenbourg en métro cette fois pour assister, avec un million de personnes, au décompte idiot avant le nouvel an “fuf, fif, draille, zvaille, aillene, zirooooooo guten jarh” ou quelque chose du genre…

Drôle de noter que presque tous les berlinois étaient sacrément équipés en pétards (ou des mines ?) et de feux d’artifice (de type Qassam), à tout âge. A Paris, on ne voit jamais cela.

Anecdote intéressante : pour parvenir à la place, les policiers nous ont fait passer par la forêt. Ils criaient, les gens couraient. Sur les photos, on a l’impression d’assister à une rafle…

Mais l’ambiance était à la fête, et nous, touristes, aimons les fêtes d’ambiance dans les pays lointains. C’était bien. C’était bon enfant, c’était très bien.

Puis direction le casino pour un petit verre (le Black Label à 3,50€, on ne va pas se gêner pour s’en verser plusieurs derrière la cravate) puis petite partie de roulette jusqu’à 2h du mat. Gain : 70€ avec des mises à 2€, merci le pouvoir des pointes.

Au retour, petites parties de luge sur bouée gonflable (voir vidéos). 2h35, la ville est entièrement animée et refoule la bière. 3h : dodo, avec les jambes engourdies et courbaturées.

[Suite au prochain numéro]

Les photos

Cliquer pour agrandir…


Le “End bag”, l’invention la plus intelligente depuis la valise.


Si je vous dis qu’il y avait beaucoup de neige, c’est qu’il y avait beaucoup de neige..


Courtois les berlinois, OK. De là à louer une chaîne de télé pour moi, c’est obséquieux.


Berlin Ouest depuis la TV Tower. Des blocs bien découpés et aérés. Notez la taille des artères.


Berlin Est depuis la TV Tower. De beaux immeubles avec cour intérieure.


Les bougies de Hannouca à l’hôtel. Avant l’incendie qui a tué 126 personnes…


Sur ces trois images, le passage vers la porte de Brandenburg, dirigés par la police survoltée (ya volt !). Des relents de rafle, non ?


La porte de Brandenburg. Au pied de cette tour se tenait avant le 09/11/1989 le fameux mur…


La descente de luge, à 2h30 du matin. Vue d’en haut. La vidéo sans stabilisateur d’image est ici.


Les jeunes font la fête, pétards, feux d’artifice et autres trucs dangereux dans les mains.


Vu d’AlexanderPlatz, la TV Tower. Notez la couleur du bonnet, assorti au ciel.


La marque locale de l’eau minérale. Tu m’étonnes qu’ils sont en permanence bourrés !

17 commentaires

  1. 1
    macco nous dit :

    c comme si on y ete…yavol mine Tafid!!

  2. 2
    Tant-Bourrin nous dit :

    Punaise, ça c’est du reportage ! Quand je lis ça, Ich bin ein Berliner ! :~)

  3. 3
    Epictete nous dit :

    C’est Tata Rachel qui doit ĂȘtre contente. T’as ramenĂ© de jolies photos.

  4. 4
    dayenou nous dit :

    le pire c quand le diable parait sympatique….
    ca doit etre ca le sens de “celui qui faute trois fois , sa faute LUI est permise” ( et oui elle lui parait sympatique)
    mais rappel toi mon frere: les allemands ont toujours ete des modeles pour l’humanite, des modeles de courtoisie et de gentillesse, des modeles d’intelligence et de culture mais le juif n’est pas humain, c de la vermine, c une gangrene qu’il faut amputer au plus vite….
    mais comment se rappeler tout ca quand la serveuse avec son tutu a un sourire tellement joli…. Diable quand tu nous tient
    PS: ne me comprend pas mal, profite mon frere mais noubli pas le proverbe Yddish que meme pourra te traduire: MEKHABOUNESH

  5. 5
    Byalpel nous dit :

    macco >> ca m’Ă©vitera de le raconter 10 fois :-)

    TB >> Attends, t’as pas vu la saison 2 !

    Epictete >> Elle connait pas Internet Tata Rachel. Y’en a des belles aussi dans le prochain.

    Dayenou >> Je te reconnais bien là my friend. D’accord avec toi sur un point que m’a rappelĂ© ma femme, les SS Ă©taient trĂšs galants. Mais bon, on ne va pas accuser les allemands d’aujourd’hui, qui culpabilisent encore à mort (faudra lire la suite de ce rĂ©cit), des fautes de leurs parents (”vĂ©lo youmtou banim al avot” = “et les enfants ne mourront pas à cause de leurs pĂšres”). Mekhabounesh (expression marocaine qui signifie “t’as pas honte ?”) : ben je me suis posĂ© la question dans un dernier post (Berlin mon amour). Je donnerai mon point de vue a posteriori (aprĂšs l’expĂ©rience donc) dans le prochain billet.

  6. 6
    SĂ©bastien nous dit :

    C’est vrai qu’on a l’impression d’y ĂȘtre ! J’avais aussi Ă©tĂ© frappĂ© par la discipline des allemands quand ils traversent la rue. Cela dit, les japonais sont pareils…

  7. 7
    ab6 nous dit :

    Chouette reportage (pauvres pieds) dis donc t’es BO sur la photo avec ton beonnet ! t’es BO on dirait mon frere !!!!!!!!!

  8. 8
    Epictete nous dit :

    On rigole plus là. Il faudrait que Dayenou ouvre son coeur et son esprit. Qu’est-ce que ça veut dire:” le juif n’est pas humain.”? C’est la serveuse avec son tutu qui a dit ça? J’ai vu une Ă©mission sur Mitterand, hier soir. On y a revu “l’excellent” Monsieur Bousquet, modĂšle d’Ă©lĂ©gance et d’organisation. Parce que cet enculĂ© Ă©tait français et que moi aussi, alors on fait l’amalgame?

  9. 9
    tristan nous dit :

    C’est vrai que t’es trĂšs beau sur la photo !

  10. 10
    Byalpel nous dit :

    Seb >> mais tu y as été je te rappelle :-)

    ab6 >> je sais pas comment le prendre tiens. On va dire bien, alors on va dire merci.

    Tristan >> gna gna gna (salopiaud) :-)

    Epictete >> A une nuance prĂšs (Bousquet Ă©tait un GROS enculĂ©), je suis d’accord avec toi. Mais, connaissant le gars Dayenou, je connais son goĂ»t pour l’exagĂ©ration (et le manque de diplomatie, avec la petite veine temporale qui ressort :-) ). Comme j’en parlais par tĂ©lĂ©phone à l’instant avec mon copain DJO, cette rĂ©action -qui peut paraĂźtre extrĂ©miste, j’euphĂ©mise à dessein- n’est pas inhĂ©rente à tous les juifs Ă©videmment.

    Ledit DJO m’a Ă©galement fait remarquer, dans l’ombre, que c’est Brandenburg et non Kronenbourg.

  11. 11
    ab6 nous dit :

    Prends le bien hein,c’est un compliment ! jurĂ©

  12. 12
    tristan nous dit :

    Pareil. C’est un compliment pour moi aussi.
    Tu as une vraie expression sur cette photo !
    Tu ressembles un peu à un gardien de phare qui prend son job trĂšs au sĂ©rieux (un full time job) et qui regarde la tempĂȘte se prĂ©parer avec anxiĂ©tĂ© en pensant à tous ses amis partis pĂȘcher en mer, bravant tous les risques pour nourrir leurs familles.

  13. 13
    Ninou nous dit :

    pas mal du tout le carnet de voyage!

    j’ai l’impression d’y ĂȘtre et que mes pieds souffrent avec les vĂŽtres! ah ben c peut-ĂȘtre parce que j’y etais aussi, lol :)

    Good job, men…

    Shuss

  14. 14
    ouriel nous dit :

    si t as l ocaz va voir le lobby du SAS RADISSON a cote de la TV Tower tu vas etre bleufe! http://ouriel.typepad.com/myblog/2005/05/if_you_go_to_be.html

  15. 15
    Byalpel nous dit :

    ab6, tristan >> merci. Merci du fond du coeur. Un petit :fuck: pour tristan pour le principe :-)

    ninou/katy >> hĂ© hĂ©, sacrĂ© week end hein ? T’as encore faim ? :-)

    ouriel >> Arrgl ça a l’air gĂ©nial !! Fallait me dire ça avant, je suis dĂ©jà rentrĂ© !!

  16. 16
    Bouba nous dit :

    Ca avait l'’air sympa ce petit WE, la descente en luge pas mal du tout, une question subsiste :
    Est ce que reporter le moment n’est pas le vivre autrement ??ne penses tu pas passer à cotĂ© de l’essence qui fait de chaque moment un moment unique ??
    En tt cas merci pour ta générosité dans tes écrits

  17. 17
    Byalpel nous dit :

    Bouba >> 100% exact. Je me suis posé la question lorsque je prenais des photos. Le souvenir est bien plus fort que la photo.

    Sauf quand on vieillit, les souvenirs et les photos jaunissent… Alors, dans le doute, j’ai aussi Ă©crit.